Pour envisager de vivre de son activité, étudier sa rentabilité est une étape essentielle. Après avoir travaillé sur votre attitude et votre communication, je vous invite à me suivre dans les méandres des coûts de production et d’un bilan prévisionnel.

Série Professionnaliser son activité créative

Episode #1 : Pourquoi professionnaliser son activité créative // Episode #2 : Soigner son attitude pour vivre de son activité // Episode #3 : Professionnaliser sa communication pour gagner plus // Episode #4 : Etudier ses prix et sa rentabilité pour se professionnaliser // Episode #5 : Quelle structure juridique pour une entrepreneuse créative ?

****

Avant de commencer : pourquoi étudier sa rentabilité ?

Au delà de gagner assez d’argent pour en vivre, réfléchir sur la rentabilité de son entreprise c’est réfléchir à :

  • ses coûts,
  • ses temps de production,
  • son niveau de vie
  • et au nombre de ventes nécessaires pour accéder à l’équilibre.

Analyser ses coûts de production

Savez-vous combien vous coûte un produit ? Si vous vous intéressez à cet article, il est très possible que ce ne soit pas le cas. Pour trouver le coût réel de production de chacun de vos produits, décomposez-les en :

  • Coût des matières premières
  • Coût de la main d’oeuvre (il est possible que vous fassiez vous-même votre travail mais si vous grossissez vous aurez peut-être besoin d’embaucher quelqu’un à la fabrication)
  • Coût du packaging
  • Frais postaux nécessaire à son envoi

(Bien sûr, cette liste dépend de vos produits ! Adaptez-la en fonction !)

Analyser son niveau de vie et ses dépenses

Deuxième étape : avoir conscience de l’argent dont vous avez besoin pour vivre. Cela vous permettra d’avoir une meilleure idée du chiffre que vous devez dégager pour vivre de votre activité.

Pour cela, faites le point sur :

  • Les revenus que vous garderez en parallèle de votre activité (chômage, CAF / APL, aides, travail alimentaire à mi-temps…)
  • Vos dépenses fixes non répressibles
  • Vos dépenses fixes modifiables (renégociation de votre prêt, nouveau forfait téléphonique…)
  • Vos dépenses variables obligatoires (courses, alimentaires…)
  • Vos dépenses loisir nécessaires (sport, vêtements…) et non nécessaires (classez-les : vous seule savez les dépenses loisirs qui sont votre bol d’air et celles que vous êtes prête à réduire)

Additionnez le tout et faites le point sur le salaire qu’il vous faut au minimum (scénario pessimiste) et au mieux pour vivre (scénario optimiste). Vous pouvez même vous faire le scénario hypra optimiste (qu’est-ce que je me payerais si ma société était rachetée par Google et que je devenais millionnaire ?)

Faire un bilan prévisionnel

Oui, oui. Tout de suite les gros mots. Au-delà d’être effrayant le bilan prévisionnel est un atout. Il peut vous permettre de déterminer :

  • Le nombre de produits que vous devez vendre pour gagner la rémunération souhaitée
  • La rémunération que vous pouvez tirer en fonction du nombre de produits vendus.

Modèle de bilan prévisionnel

Après pas mal de tâtonnements, je vous propose de récupérer ci-joint mon modèle de bilan prévisionnel modifiable. Vous pouvez y ajuster l’ensemble de vos dépenses pour un résultat efficace. Il est adapté aux gérants de SAS mais en bidouillant un peu, vous pourrez l’adapter à votre modèle.

PS : Cet outil a été créé sur Google Drive pour vous permettre d’y accéder facilement sans casser les codes (le problème des documents Excel / numbers… est que si on l’ouvre avec le mauvais logiciel, cela casse les formules et le rend inutilisable.)

*****

J’espère que ce troisième opus de notre série sur Professionnaliser son activité vous aura intéressé et, surtout, aidé. La semaine prochaine, nous nous arrêterons sur le statut d’entreprise à adopter pour se professionnaliser.

Très beau weekend,

Marièke

Crédit image : La photo est de Céline Zed, photographe. Les éléments de décoration sont de Modern Confetti.

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Obtenez gratuitement des outils pour votre entreprise (weekly planner...)

Pin It on Pinterest